Catégories
Édition 2022

mardi 15 novembre

Mardi 15 novembre – 20h30 
Le Liberté (Toulon)
tarifs : de 5€ à 24€

XAVIER GARCIA
Compositeur et improvisateur, il se passionne pour les contradictions apparentes qui relient la réalisation de musiques en studio et le jeu de la musique sur scène, la signature personnelle d’un travail et la création collective, la fixation d’une œuvre sur un support (acousmatique, cinéma, disque) et l’éphémère de l’improvisation (concert live), l’écrit et l’improvisé, les musiques à tempo libre (improvisées, acousmatiques…) et celles qui fonctionnent sur une « pulsation »… Xavier Garcia a réalisé une trentaine de musiques électroacoustiques au Groupe de Recherches Musicales de l’INA, au Groupe de Musiques Vivantes de Lyon, ainsi que dans son studio. Membre de l’ARFI depuis 1987, il joue de l’échantillonneur et des traitements sonores dans plusieurs formations du collectif.

GUY VILLERD
Depuis plus de trente ans, Guy Villerd, saxophoniste, musicien électro et compositeur inventif propose des projets en solo ou en complicité avec d’autres artistes. Il a créé une quinzaine de spectacles musicaux pour enfants qui ont fait le tour des théâtres et des écoles de France et de Navarre (« La Barbe Bleue »  et « Le Chat botté »). Il est aussi compositeur et œuvre notamment pour le théâtre : « Marie Louise Fleisher » (Compagnie la Crysalide), « La Levée » (Denis Guénoun) ainsi que « Sans Doute », « Kukuba » et « Peut-être » avec la compagnie le Lézard Dramatique. Le « Villerd / Ayler Quartet », avec lequel il était invité au festival Jazz à Luz, a été formé en 2000 pour l’Europa Jazz du Mans, sur une proposition d’Armand Meignan. Guy Villerd est membre du Babel Orkestra, rencontre entre des musiciens comoriens, camerounais… du quartier de la Duchère et des musiciens du collectif Arfi.

METROPOLIS
Fritz Lang – 1927 – Allemagne – N&B – 2h33

Dans une immense cité du troisième millénaire, les ouvriers forment une caste
d’esclaves relégués dans une ville souterraine, tandis qu’une élite privilégiée vit
dans une oisiveté paradisiaque. Freder, fils du maître de la ville, tombe amoureux
de Maria, jeune habitante des catacombes… Fresque gigantesque et visionnaire
du muet, Metropolis représente l’aboutissement du mouvement expressionniste allemand, mais aussi un des sommets du cinéma muet. Poursuivant le pessimisme
du Cabinet du Docteur Caligari, Fritz Lang l’élargit à l’ordre architectural et social.
Il dira d’ailleurs : « Metropolis est né du premier regard que j’ai jeté sur les gratte-ciel de New York, en octobre 1924. »

Cette version avait été présentée à Berlin en 1927, puis avait subi des coupes par la
Paramount pour en faciliter l’exploitation. Les scènes coupées étaient considérées
comme perdues jusqu’en 2008 où elles ont été retrouvées au Musée du cinéma de
Buenos Aires en Argentine, suscitant l’émoi chez les cinéphiles.

 

Réservations
04 98 00 56 76 / chateauvallon-liberte.fr